ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
COMPAGNONS D'ACTION POUR LE DEVELOPPEMENT FAMILIAL 
 
 
Rubriques

Contacts
Présentation
Définition
Mission
Principes CADF
Valeurs de CADF
Objectifs
Domaines
Membres
Cible
Organisation
Réalisations
Droits Enfants
Santé et VIH
Agriculture
Education base
Environnement
Vision CADF
Partenaires
Dévise de CADF
Photos
Assemblée Gén.
Antenne Bukavu
Antenne GOMA
Antenne Uvira
Antenne de Bunia
Antenne KALEMIE
Antenne BOENDE
Ivory Cost Offi
Uganda Office
USA Office
CADF ET ECOSOC
Belgium Office
GENEVA OFFICE
Canada Office
EVENTS
Projets d'Avenir
Projet durable
Actualités Kin
Uvira news
Antenne Bolobo
Bukavu News
Donateurs
Les Pionniers
Staff Techn
Soutiens
CADF-JUNIOR
Journée 17 Octo
J. 17 Oct 2013
Visites
UNSYSTEM_NGO
Comité d Gestio
20 ANS DE CADF
Antenne GEMENA
UN Global Compac
MONUSCO
UN SDG POST2015
Union Africaine
SUEDE OFFICE
A SAN MARINO
Europea Union
UNCTAD

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Journée de lutte contre la misère

I. DISCOURS INTRODUCTIF 
A LA JOURNEE MONDIALDE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE 17 OCTOBRE 
(Par Bukalambi, Président du Groupement Paysan/Masina) 
 
Chers enfants, 
Mesdames et Messieurs, 
Distingués invités, 
Soyez les bienvenus à notre cérémonie d’aujourd’hui. 
Avant toute chose, nous aimerions vous rappeler le sens de cette Journée du 17 octobre qui est une grande journée pour tous ceux qui peinent, souffrent et vivent dans le dénuement, dans la précarité.  
La Journée Mondiale de lutte contre la pauvreté, qui est célébrée chaque 17 Octobre, tire son origine du Père Joseph Wresinski qui, avec d’autres Défenseurs des Droits de l’Homme, à travers le Mouvement International ATD Quart Monde, avait construit et inauguré en 1987 la Dalle de Trocadero à Paris en mémoire des Victimes de la Misère, de la Faim, de la Violence et de l’Ignorance. Le Père Joseph Wresinski avait vaillamment défendu la cause des plus pauvres à l’Assemblée Générale des Nations Unies, lesquelles ont fini par reconnaître officiellement en 1992 cette journée du 17 Octobre comme celle du refus de la misère et de tous les Pauvres du Monde.  
Il mérite des applaudissements. 
Et avant de continuer notre cérémonie, nous vous invitons à vous lever et garder une minute de silence en mémoire de tous les enfants et frères et sœurs qui meurent chaque jour des guerres et violences diverses. Nous pensons particulièrement à une de nos mamans frappées par la mort à Kingabwa pendant qu’elle était aux champs pour chercher à manger pour ses enfants. Pensons aussi à notre papa Agro, à Papa Tshaba et tant d’autres qui accompagnaient les mamans dans les travaux maraîchers pour nourrir les enfants et qui nous ont quitté il y a quelques temps. Paix à leurs âmes.  
Merci.  
 
II. DISCOURS DES ACTIVISTES DE LA LUTTE CONTRE LA MISERE  
A LA JOURNEE DU 17 OCTOBRE 2013 
(Mme Lydie Muhemedi Dimonga, Présidente de séance) 
 
Mesdames, Mes demoiselles et Messieurs 
Chers Enfants,  
Chers Membres des Communautés silencieuses, 
Chers Activistes des Droits de l’Homme, 
Distingués Invités, 
 
Au nom du Comité International 17 octobre, qu’il nous soit permis de prendre parole devant vous, ce jour, pour vous remercier d’avoir abusé de votre précieux temps en acceptant nombreux de vous joindre à nous pour commémorer ensemble cette journée du 17 Octobre 2013. Cela est une preuve de l’importance grandissante et de la valeur que vous attachez à cette journée et à toutes les personnes vivant dans l’extrême pauvreté à qui le 17 Octobre a été dédié par toutes les Nations du Monde. 
Nous vous souhaitons tous la bienvenue et vous demandons de tendre chacun la main à son voisin en signe d’unité, d’amour, de partage et d’accueil mutuel qui nous caractérise.  
Distingués invités, 
Chers frères et sœurs, 
Il est important que nous sachions que le thème retenu cette année par les Nations Unies pour commémorer la Journée du 17 Octobre, Journée Mondiale de lutte contre la pauvreté, est : « ENSEMBLE VERS UN MONDE SANS DISCRIMINATION ». 
En effet, depuis près de vingt ans, notre monde, notre pays, la RDC, est confronté à des crises successives multiformes : des guerres et des conflits armés imposés injustement par le Rwanda et l’Ouganda soutenus par les multinationales, des violences et viols des femmes et d’enfants, la faim et les maladies, la mort quotidienne incalculable des enfants et des adultes, le manque de logement et de la scolarité pour nos enfants, l’inaccessibilité à l’eau potable et à l’électricité pendant que nous avons de l’eau partout, les déchets et les immondices éparpillés dans nos avenues, le pillage systématique de nos ressources appauvrissant davantage nos communautés. Depuis deux décennies, disais-je, tous les congolais sont de plus en plus unanimes que des changements urgents sont nécessaires pour surmonter ces problèmes. Un changement très important est celui d'apprendre de l'expérience de vie et des connaissances qu'ont les personnes vivant dans l'extrême pauvreté. Pourtant, aujourd'hui, la contribution de ceux qui vivent dans la misère est trop souvent niée, négligée, considérée comme négative, ignorée et pas prise en compte. « Ye pe akopesa nini ? akoloba nini ?» Ceci représente une discrimination flagrante, la non reconnaissance de la dignité et des droits des personnes vivant dans la pauvreté, dans la précarité.  
Les Concertations Nationales congolaises ont été très édifiantes. C’est pourquoi nous voudrions ici féliciter le courage et la force d’écoute que ne cesse de manifester le Chef de l’Etat de la RDC qui, au vu de la situation dramatique du pays, a accepté de convoquer en août 2013 les Concertations Nationales pour donner l’occasion à tous les congolais, y compris les plus pauvres que nous sommes, de pouvoir s’exprimer et discuter des problèmes des congolais sans discrimination et sans exclusivité, en guise de réponse à la cohésion sociale, à la cohabitation pacifique, à la stabilité et au développement du pays attendus par tous.  
Mais que n’a-t-on pas vu ? Les politiciens de ce pays, par égoïsme, se sont accaparés des places réservées aux plus pauvres ou aux membres de la société civile représentant les communautés locales. Certains ont été tout simplement ignorés. Tels furent les cas de certains pygmées, albinos, personnes vivant avec handicap, enfants de la rue, les véritables victimes des violences et nous en passons. 
Chers enfants, 
Chères mamans paysannes, 
Distingués invités,  
Il est grand temps que nous puissions rompre le silence sur l’extrême pauvreté. C'est pourquoi nous vous invitons chaque 17 octobre, et tout au long de l'année, à briser ce silence en manifestant nombreux, par nos engagements et nos actions de lutte contre la misère, notre solidarité avec les personnes vivant dans la grande pauvreté. Il ne suffit pas seulement de signer la Charte internationale du 17 octobre, mais encore concrétiser notre engagement par des actions réelles de solidarité avec ceux qui souffrent à nos côtés. De cette manière, nous pouvons être sûrs qu’ensemble nous cheminons vers un monde sans discrimination, un monde plus juste, plus équitable, un monde où il y a la joie de vivre pour chacun. 
Que vive le 17 Octobre !!! 
Que vive le Comité International 17 Octobre !! 
Que vivent nos enfants et nos familles !! 
Nous vous remercions. 
 
Quelques activités: 
Des enfants se sont exprimés à travers les récitals de poèmes. 
 
Des Jeunes ont manifesté leur participation à travers la présentation des jeux déstressants. 
 
 
Des personnes âgées ont brillé par leur sketch passionnant 
 
 
Un grand bonjour de la Belle-soeur NOELIA 
 
 
 
Un bonjour de la part de Emmanuel KABUNGULU, Président de la Fédération WUSME/RDC 
 
 
Une amitié scellée entre WUSME SAN MARINO et CADF 
 
 
La Journée s'est clôturée par une photo de famille entre participants qui ont tenu à s'engager dans la lutte contre la misère

 

(c) CADF-ONGD - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 8.11.2013
- Déjà 3927 visites sur ce site!